Big Island

Après avoir visité Kauai, j’ai atterri sur la plus grande des îles de l’archipel: Big Island. Je l’avais choisi pour son volcan en activité. On peut dire que pour être actif il a été actif, un peu trop d’ailleurs car il est entré en éruption pendant mon séjour et je n’ai donc rien vu de plus que ceux qui ont suivi l’actualité pendant cette période, pas de lave qui dégouline, pas de cratère, rien, le parc et toute une partie du sud-est de l’île étant fermés. Ma grosse déception du voyage. Mais heureusement l’île a plus d’un tour dans son sac et propose d’autres attraits touristiques.

J’ai atterri à l’aéroport de Kona, à l’ouest de l’île, pour faire un tour antihoraire de Big Island. Il fait plus chaud que sur Kauai, nous sommes le mercredi 9 mai et il fait 28 degrés. Sur le chemin jusqu’à mon premier hôtel je vois surtout de la lave. J’ai choisi le Manago Hotel à Captain Cook, le plus vieil hôtel de l’île, je pourrai me souvenir de l’architecture biscornue dû aux différents ajouts au fil des ans, des petits jardins tout mignons tout plein entre le bâtiment principal où se situe l’accueil avec décor comme dans les vieux films et le restaurant, mais non ce qui m’a marqué c’est l’espèce d’andouille qui a tambouriné à ma porte en pleine nuit. Et comment ne pas se souvenir de ma première nuit avec les bruits tropicaux, ma rencontre plus que sonore avec les coqui frog.

Ma première journée n’est pas joyeuse, je n’ai rien envie de faire, peut-être un peu triste d’avoir quitté mon île d’amour. Je commence ma matinée par faire un tour à la buanderie. Tout un spectacle de vie locale, qui me redonne un peu la niaque. Je me dirige donc vers Magic Sands. Alors oui la couleur de l’eau est incroyable mais c’est tellement peuplé que ça ne me fait pas rêver, je m’éloigne un peu pour pique-niquer, et grand bien m’en fasse car devant moi une tortue se prélasse, je ne l’avais pas vue au départ.

Kahalu’u Beach Park est recommandée pour nager, oui l’eau est calme mais on dirait l’autoroute du snorkeling, toujours rien qui me fait envie. Je descends doucement vers le parc historique Pu’uhonua O Honaunau. En chemin des champs de lave, une plage avec de la lave arrondie, mais c’est presque désert et les accès à la côte sont rares. En rentrant à l’hôtel je connais ma première pluie tropicale, c’est quelque chose, surtout quand tu n’es pas à l’abri.

Je parcours le parc ce jour là et le lendemain, le billet étant valable 24h.

Juste en face la rive est envahie par le monde venu admirer les poissons, et c’est sûr qu’il y en a car je les vois de la terre lave ferme. Alors le lendemain (avant d’aller au parc) j’enfile mon maillot, mon masque, mon tuba et à moi l’océan pacifique. Levez-vous tôt, çà vaut la peine ! De 7h30 à 9h, j’étais seule avec toutes sortes de poissons et même une tortue. Après çà se bouscule au portillon, pas agréable à mon goût, mais vous verrez aussi des poissons, juste que l’eau sera plus trouble.

Le dernier arrêt de la journée se fait à Punalu’u Beach Park, une longue plage de sable noir où j’aurai la chance d’observer quatre tortues.

Ensuite je passe devant le parc des volcans qui est fermé, il a commencé à dégouliner depuis quelques jours, et j’entre dans la forêt, me perdre dans une mini maison pour trois nuits. Je suis proche mais ne vois rien, ma première nuit ici je ressens quand même un tremblement de terre, pas vraiment rassurant surtout qu’il n’y a pas de réseau, juste la télé pour me tenir informée sur une éventuelle évacuation (oui oui première info donnée par la proprio).

20180523_004818

J’avais choisi cet endroit certes pour son prix mais aussi pour sa proximité avec le parc, je ne pouvais pas prédire ce qui est arrivé. Changement de plans donc pour les journées à venir, je visite Hilo, la ville et son marché, les plages, le jardin japonais, Coconut Island où je vois une tortue (oui les tortues c’est ce que j’ai beaucoup aimé dans ce séjour). Il ne fait pas particulièrement beau le samedi, il pleuvine même de temps à autre et le dimanche je prends la pluie. Je découvre les Rainbow Falls, j’y retourne plusieurs fois jusqu’à voir les fameux arcs-en-ciel.

img_7492

Pour les familles deux endroits à voir: le Panaewa Rainforest Zoo et Onekahakaha Beach Park. Enfin il n’y a pas que les familles qui peuvent y aller évidemment mais disons que pour se baigner c’est l’idéal pour des petits comparativement aux autres endroits.

Le lundi je prends mes cliques et mes claques direction le dernier hébergement de mes vacances hawaïennes. Mais avant j’emprunte la Macadamia Road pour voir plein d’arbres remplis de noix et découvrir la fabrique (faut-il que je précise que j’ai dégusté et acheté des noix de macadamia enrobées de chocolat noir?)

Je m’arrête aussi aux Akaka Falls. Si vous ne voulez pas payer le parking, il ne faut pas se garer après la barrière mais vous aurez quand même à payer pour entrer sur le site.

img_7503

Proche de chez moi (oui oui chez moi, vous lisez bien) on a accès au point de vue sur la Waipi’o Valley.

img_7552

Chez moi donc, c’est un studio avec vue sur la mer (même si elle est loin), accès à un citronnier, une terrasse où je me suis prélassée et ai observé de magnifiques geckos. Ce chez moi se trouve à Honoka’a. Une semaine un peu loin de tout, et même si je râle un peu contre la route que j’ai dû faire pour aller explorer je ne regrette pas le lieu. C’était mon petit havre de paix (avec comme seul bruit les grenouilles de nuit)

Au nord de l’île, je découvre des fermes, des ranchs, une nature verdoyante, qui contraste avec le centre où il n’y a que les champs de lave.

Le point de vue de Pololu Valley vaut le coup d’œil, et si vous pouvez faites la balade qui descend pour rejoindre la plage.

Je ne suis pas montée jusqu’au Mauna Kea, me suis arrêtée au centre d’information (qui était fermé et en travaux). Ma voiture de location ayant déjà bien chauffé pour arriver là, j’ai pas pris de risque. Pas de rando non plus, car la seule petite balade que j’ai faite juste à côté j’avais déjà du mal à respirer (rappel le centre est déjà à 2800m).

img_7708

Suite aux tweets de Cindy qui est passée à Hawaii juste avant moi, j’ai eu envie d’aller voir les raies manta. J’ai donc acheté mon billet via un site de rabais et un soir direction Keauhou Bay pour monter à bord d’un canoë hawaïen. J’aimais l’idée de ne pas utiliser de moteur pour vivre l’expérience, le « problème » c’est qu’en fait on va tous au même endroit, moteur ou pas. Une expérience magique, les raies sont bien présentes, difficile de décrire ce que l’on ressent quand ces bêtes géantes s’approchent de nous pour venir manger le plancton, un mélange de peur, d’excitation, de fascination.

Ainsi se termine mon séjour hawaiien. Les plus: nager avec les poissons, admirer les tortues, voir des raies de près, découvrir différents paysages contrastés. Les moins: devoir faire beaucoup de route, ne pas avoir accès facilement à l’océan et donc être entouré de monde là où c’est possible, et évidemment ne pas avoir vu la lave couler.

20180520_132911

Un commentaire sur “Big Island

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :